Elisabeth PUJOL



A mots découverts ; témoignage juillet 2012
Un engagement, une fidélité. Élisabeth nous livre son expérience.
Un beau point de vue sur l’Encre Bleue, la richesse des échanges et le sentiment véritable de "construire des passerelles entre les cultures" ...

Un effet de soleil, (publié par La petite édition, été 2013. Format 13x19, 148 pages. )
Les migrants ont longtemps rêvé au port mythique ; dans le passé ils ont réussi à y réorienter leur vie. Aujourd’hui la crise met un frein aux fantasmes. En attendant des jours meilleurs, les hommes se regroupent sur les terrasses des cafés, à l’ombre des micocouliers qui peu à peu supplantent les platanes....


Sous les micocouliers Un extrait d’un effet de soleil, consacré à son expérience profonde d’écrivain public de l’Encre Bleue

Etre juré ! Mais je n’ai rien fait moi ! (Elisabeth) Bréves d’écritoires juin 2011

Une française d’origine algérienne, la cinquantaine, s’exprimant assez mal en français, faisant répéter les propos qui lui sont adressés, demande des explications sur une lettre reçue quelques jours plus tôt : il s’agit d’une convocation – elle a été tirée au sort pour être juré.

Quand je lui ai lu, puis commenté la lettre dont elle n’avait pas compris la teneur, elle a été réellement inquiète : il a fallu que j’explique et réexplique ce qu’était un juré ; elle n’entendait rien, répétait, paniquée, "mais j’ai rien fait moi, j’irai pas au tribunal"... je crois qu’elle n’a jamais vraiment compris ce qu’on lui demandait. Il y avait un vrai blocage à la seule évocation d’un épisode qui pourrait la mêler à une affaire de Justice.

On lui donnait la possibilité de se récuser, à condition que ses arguments soient solides et de nature à convaincre les services concernés par la constitution du groupe de jurés. Nous avons donc rédigé une lettre invoquant la conscience de la responsabilité engagée, et l’incapacité de répondre positivement à la convocation pour cause de non maîtrise de la langue française – ce qui, de fait, l’empêcherait de suivre les débats, de comprendre les arguments et les témoignages avancés par les parties diverses d’où l’impossibilité de jouer ce rôle.

Les méthodes d’alphabétisation pour les français issus de l’immigration ne maîtrisant pas notre langue ne sont pas encore au point, ni l’enseignement des règles élémentaires du Droit et de la vie civique … L’Etat fait sans doute des efforts dans ce sens, mais il y a encore du chemin à parcourir !

Répondre à cet article